BIOGRAPHIE

Mamatt

 

Né le 9 mai 1983, dans le 12ème arrondissement de Paris, Matthieu Loyer, alias Mamatt est un auteur, compositeur, chanteur, pianiste et arrangeur issu de la nouvelle scène Funk/Neo Soul/Reggae française .
Dès l’âge de 5 ans, il démarre une formation de piano classique au conservatoire de Joinville-le -Pont, et rejoint rapidement plusieurs chorales d’Ile de France(Sucy en Brie, Joinville le Pont), dans lesquelles il commence à apprendre les bases du métier de chanteur. C’est aussi pour lui l’occasion,  de se familiariser avec l’univers scénique, univers qu’il affectionne tout particulièrement et qui marque un tournant dans son apprentissage.

Jusqu’à l’âge de 15 ans, il poursuit sa formation classique au piano et au chant, mais se sent très vite, en grande partie, grâce à son père, Gérard Loyer, pianiste de jazz , irrémédiablement attiré par la musique afro américaine(Stevie Wonder, Donny Hathaway, Georges Benson), le jazz, la soul, le funk et le reggae,  autant de musiques au sein desquelles il a l’impression de pouvoir exprimer un panel large d’émotions enfouies au fond de lui, qui lui permettent de commencer à créer ses premières compositions et à développer son univers.

A 17 ans, il fonde son premier groupe, Matt and the green spirits, un groupe 100% reggae/ragga dans lequel il propose des compositions originales et singulières influencées par des ténors de la scène jamaicaine comme Capleton, Sizzla, ou encore Luciano. Il réalise à cette époque ses premiers lives qui constituent une étape décisive dans sa jeune carrière.
Rapidement repérés par d’autres artistes et  formations pour son énergie, son charisme et la qualité de ses compositions, il commence à travailler avec le label Jah Fire dans lequel il compose des instrumentales pour des artistes comme Lyricson ou Straika, dans un univers reggae roots/dancehall.

Par la suite il rejoint des formations plus importantes en tant que claviériste, notamment le groupe Adrénaline ou il enregistre un EP en 2002.
Quelques années plus tard, il fait la connaissance de plusieurs musiciens de jazz, avec lesquels il s’associe, notamment le guitariste/contrebassiste Tristan Loriaut avec lequel il monte plusieurs projets autour de compositions neo soul/acid jazz/funky et de covers jazz/soul réarrangées. Il monte, en parallèle un répertoire piano-voix autour des grandes voix de la soul américaine.

En 2012, Mamatt poursuit son chemin en solo et réalise un premier album reggae/ragga /hip-hop aux sonorités très urbaines avec un producteur indépendant, mais, malgré une dizaine de titres enregistrés, une présentation en radio,  et un potentiel certain, l’album ne verra jamais le jour et la collaboration s’avèrera infructueuse et douloureuse.
En 2016, il construit son projet Groove Station et présente un répertoire funky-soul autour d’artistes majeurs comme Stevie Wonder, Bill Withers, Michael Jackson et Herbie Hancock, et y ajoute des compositions originales influencées par ces artistes.Il s’entoure alors de musiciens de renommée internationale comme le guitariste franco-américain Laurent Médelgi(collaborations avec John Legend, Bon Jovi ou encore Cassandra Wilson) et réalise plusieurs concerts qui ne passent pas inaperçus dans la capitale à l’Etage ou aux Disquaires.

 Début 2017, Mamatt décide de se lancer dans la production et la réalisation complète d’un album solo qui regroupe l’ensemble de ses influences depuis une vingtaine d’années, l’album s’intitule « Renaissance » et  se veut être un hymne positif à la vie et au dépassement de soi, il mêle un univers  néo soul, funk et reggae, riche, parfois anglais, parfois français,  parsemé de quelques ballades pop/soul intemporelles. L’album constitue une sorte d’Ovni dans le paysage musical français.
Pour cet album, Mamatt s’entoure d’une équipe de musiciens particulièrement aguerrie et reconnue, puisqu’il est accompagné par le batteur français Steve Belmonte (collaborations avec Lucky Peterson et De la Soul notamment), par le bassiste Rémi Liffran(collaboration avec Ryadh notamment) et continue de travailler avec son guitariste fêtiche Laurent Médelgi.

Son premier single « J’ai Compris » sortira début novembre 2018, tandis que la sortie de l’album est prévue pour début 2019.
Mamatt prépare actuellement un show ambitieux avec une dizaine de musiciens, 2 choristes, de nombreux techniciens sons et lumière.Il callabore sur ce projet avec le bassiste internationalement reconnu Jay Golden (Bassiste de BB King, Georges Benson ou encore De la soul pour ne citer qu’eux),qui décide de le prendre sous son aile en lui proposant d’être à la fois le bassiste du projet, mais aussi le directeur musical du projet pour l’ensemble de la partie live qui devrait voir le jour début mars 2019 dans une grande salle parisienne.

Deezer      Napster   Instagram    Itunes